•  

    Le mauvais Oeil

     
     
    Le mauvais œil, Al’ ayn en arabe, est l’un des sorts les plus redouté, d’autant qu’il peut être jeté par n’importe qui, même involontairement. On le retrouve dans tous les temps et toutes les cultures et on lui attribue le pouvoir de provoquer le malheur, la maladie ou même la mort.

     Le sort jeté par le mauvais œil ne nécessite pas de rituel particulier pour être efficace et il suffit d’un simple regard d’envie ou de jalousie pour que la personne visée en ressente les effets. Il s’agit d’une forme de maléfice très répandue pouvant nuire non seulement à une ou plusieurs personnes, mais aussi à des objets (pour peu qu’ils attirent la convoitise), des animaux ou des plantes.

     On attribue depuis toujours un pouvoir particulier au mauvais œil, dans la mesure où l’oeil a la capacité de projeter à l’extérieur, les forces intérieures cachées. Le mauvais œil est présent dans de nombreuses cultures anciennes, que ce soit dans les textes antiques chez les Scythes ou les Illyriens, dans la mythologie perse antique, chez les Celtes, ou encore dans la mythologie grecque.

     Le mauvais œil serait l’apanage des humains, surtout ceux qui pratiquent la magie, et certaines personnes auraient un regard si nocif, qu’elles constituent une menace pour n’importe qui, que le regard soit volontaire ou non.

     On peut compter parmi les effets du mauvais œil, la fatigue, la dépression, la maladie, les accidents, les cauchemars fréquents, la malchance, les lourdeurs physiques ou mentales, les successions d’échecs. Ceci dit, il faut veiller à ne pas confondre le mauvais œil avec certaines épreuves de la vie, qui peuvent paraître difficiles, mais qui ne sont pas forcément liées à une quelconque forme de magie ou de sort. Beaucoup de gens ont tendance, dès que les choses tournent mal dans leur vie, à se croire victimes d’un sort ou du mauvais œil alors qu’il n’en est rien. Sans oublier que l’auto-envoûtement est assez fréquent. Le négatif attire le négatif et la personne, persuadée d’être victime d’un sort, attire finalement d’elle-même et entretien tout simplement des forces négatives sur elle en leur donnant de l’importance, et dont les conséquences seront les mêmes qu’un véritable envoûtement. Cet aspect n’est cependant pas à négliger, et il faudra dans ce cas procéder comme pour un envoûtement classique pour libérer la personne. Toutefois, quel que soit le cas, il est important de toujours garder un esprit positif, afin de ne pas se laisser atteindre. Par ailleurs, il est bon de ne pas toujours prendre au pied de la lettre ce qu’un médium, sorcier ou autre marabout vous racontera, car beaucoup de charlatans n’hésiteront pas à vous faire croire que vous êtes victime d’envoûtement afin de vous soutirer de grosses sommes d’argent en profitant du fait que vous êtes dans une mauvaise passe, donc vulnérable.

     Il existe différentes manières de se protéger du mauvais œil, cependant, s’il est accompagné de sorcellerie, les mesures à prendre seront différentes.

     On peut par exemple porter sur soi une pierre de protection, comme l’œil de tigre, la tourmaline noire, l’obsidienne ou la shungite, qui sont de puissantes protections contre les forces du mal. Ne pas oublier de les purifier régulièrement.

     Les talismans et amulettes offrent aussi une très bonne protection, ainsi que certaines plantes comme l’ail. Il existe aussi des sachets magiques de protection. On peut également porter sur soi du sel consacré que l’on mettra dans un sachet en tissu et qu’il faudra changer régulièrement. L’œil d’Horus, la main de Fatima ou encore la croix catholique (selon vos croyances), constituent de bonnes protections, ainsi que la prière.

     Les perles, morceaux de tissus rouges et les colliers de corail sont censés permettre de se protéger des malédictions jetées par le mauvais œil. Après il existe d’autres manières de se protéger, je ne les connais bien évidemment pas toutes.

     

     Comment savoir si l’on est victime d’un sort, d’un envoûtement ou de magie ?

     

    1) Remplir un contenant avec un litre d’eau bénite et y placer sa photo (ou celle de la personne sensée être envoûtée). Si la photo s’estompe ou disparaît au bout de 10 jours, voire de quelques heures, vous êtes victime d’envoûtement.
    On peut opérer de la même manière en plaçant une photo dans un contenant d’eau bénite, et une autre dans de l’eau normale. La photo plongée dans l’eau normale restera claire alors que celle plongée dans l'eau bénite disparaîtra s’il y a envoûtement.

    2)  Remplir un bol d’eau mais pas entièrement (pas à ras bord). Tenir le bol entre les mains en se concentrant quelques minutes et en éloignant si possible les pensées négatives, pessimistes etc… Poser le bol et y verser une cuillère à soupe d’huile d’olive d’un trait. Si l’huile flotte, tout va bien puisque l’huile flotte toujours à la surface de l’eau. Mais si l’huile ou une partie de l’huile reste collée au fond du bol, vous êtes victime d’un envoûtement. Selon la quantité d’huile restée collée au fond du bol, on peut juger de l’importance de l’envoûtement. S’il y a peu d’huile il s’agit d’un envoûtement léger, mais si toute l’huile ou presque reste collée au fond du bol, il s’agit d’un cas grave.

     Quel que soit le résultat, vous devez jeter le mélange d’eau et d’huile dans un cours d’eau non stagnant, ou à défaut dans les toilettes en tirant tout de suite la chasse. Prenez soin ensuite de bien laver le bol.


    votre commentaire
  • La magie des nombres

    Les chiffres recèlent des pouvoirs magiques, des rapports et des formes bien précis permettant d’invoquer chaque chiffre à une signification particulière, à bien comprendre pour pouvoir lancer des sorts. Voici le sens magique des chiffres de 0 à 9 :
     0

    Le temps et l’espace infini : le cercle externe sans début ni fin.

     1

    L’unité : la première manifestation de la lumière créatrice qui se multiplie en millions de parties uniques, chacune étant distincte mais contenant la puissance de la première.

     2

    La dualité : le principe mère/anima et père/animus

     3

    La trinité et le triangle sacré : fertilité, création et équilibre

     4

    Le carré : le monde matériel et physique, le nombre le plus stable

     5

    La quintessence : Le cinquième élément créé à partir des quatre autres (la terre, l’air, le feu et l’eau), qui les unit.

     6

    Les 6 jours nécessaires à la création de la Terre

     7

    La perfection : la combinaison des chiffres 3 et 4

     8

    L’équilibre : associé à la prospérité et à l’autorité

     9

    Le nombre de l’initiation : dernière des unités, il boucle la séquence.
     Les carrés magiques présentent l’une des plus puissantes combinaisons de chiffres. Les sommes de toutes les lignes et de toutes les colonnes sont identiques, quel que soit le sens : horizontal, vertical ou diagonal.
    Ce modèle numérique est fréquemment utilisé en magie :
    8    3 4
    1 5 9
    6 7 2



    Les chiffres magiques correspondent à des lettres spécifiques de l’alphabet, ainsi qu’à certaines couleurs. Voici la formule magique la plus courante :
     

     
        1      AJS     Rouge
        2      BKT     Orange
        3      CLU     Jaune
        4      DMV     Vert
        5      ENW     Bleu
        6      FOX     Indigo
        7      GPY     Violet
        8      HQZ     Argent
        9      TR        Or 

    Grâce à ces associations les sorciers calculent leur nom magique à partir de leur prénom et utilisent leur combinaison de chiffres personnelle pour découvrir leur principale couleur associées à leur pouvoir. Ces connaissances constituent une source de puissance essentielle au sorcier. Le calcul est, en lui-même considéré comme un art magique dont il est possible de tirer avantage. Il pouvait être utilisé dans les charmes de guérison et servait notamment pour soigner les verrues, censées disparaître si on les comptait et en indiquait le nombre total à un étranger.
    Le nombre magique le plus connu est 666. Il s’agissait du nombre correspondant au nom magique d’une « bête de l’apocalypse » qui, selon le Livre des Révélations de la Bible, règnerait sur la Terre. Aleister Crowley, magicien du XXe siècle, se fit appeler « la bête de l’apocalypse 666 ». Il créa également ce qu’il considérait être le mot le plus puissant sur la magie des nombres AUGMN. Crowley le décrivait comme « la formule de l’Univers en tant que miroir dynamique pour l’expansion du Néant absolu par l’intermédiaire d’opposés équilibrés ».

     


    votre commentaire
  •  

    Les sabbats et esbats

     
     
    Il s’agit d’anciennes fêtes païennes et celtiques visant à célébrer les rythmes de la lune et du soleil. On les célèbre depuis de nombreux siècles et dans diverses civilisations anciennes.

     

    Le calendrier wiccan est composé de 21 célébrations, dont 8 sabbats, 4 majeurs (Samhain, Imbolc, Beltane et Lughnasadh) et 4 mineurs (Yule, Ostara, Litha et Mabon) qui sont pratiqués lors des solstices et des équinoxes, et 13 esbats qui correspondent aux 13 (ou douze selon les années) pleines lunes comptées dans l’année.

     

    Chaque sabbat est représenté sur la roue de l’année afin de respecter le rythme solaire. Il y a un sabbat majeur à chaque début de saison, et un sabbat mineur au milieu de chaque saison. Ils correspondent aux périodes où la magie est la plus forte. Ils permettent non seulement de se rapprocher des dieux et de la nature, mais aussi de transmettre leur puissante énergie au travers de rituels et de pratiques magiques.  Les esbats sont des fêtes païennes destinées à communiquer avec les énergies de la lune, qui sont à leur maximum lors de la pleine lune, et sont tenus en l’honneur de la Déesse. Lors des esbats, sont aussi réalisés les rituels de passage, tels que les cérémonies d’initiation, de mariage, de baptême et de commémoration mortuaire. Ils réunissent les sorciers et sorvières d’un même coven ou groupe. C’est la période idéale pour recharger ses cristaux ou ses outils magiques.

     

     

     

    Les sabbats

     

    Les Quatre sabbats majeurs :

     

    Samhain : C’est le premier sabbat majeur de l’année. On le fête le 1er octobre, lors de la fête des morts. Ce jour-là, la frontière entre le royaume des morts et celui des vivants est mince. Il représente la fin d’une année et le début d’une autre, mais aussi la troisième récolte.

     

    Imbolc : C’est le deuxième sabbat majeur de l’année. On le célèbre au moment de la fête des lumières, le 2 février. Il marque la fin du règne de destruction. C’est le moment de se débarrasser de tout ce qui a pu affecter notre passé. Il représente le réveil de la Déesse.

     

    Beltane : C’est le 3ème sabbat majeur de l’année. On le fête le 1er mai, lors de la fête du feu et de l’amour. C’est également la fête des elfes et des fées, et cette nuit est dédiée aux élémentaux et au renouveau de la nature. Comme pour samhain, le voile entre le monde des morts et des vivants est fin. Il représente l’union de la Déesse et du Dieu.

     

    Lammas (ou Lughnasadh) : C’est le dernier sabbat majeur de l’année. On le fête le 1er août, lors de la fête du soleil, mais aussi du pain. C’est à cette période que l’on récolte les premiers grains qui serviront à faire de la farine. Il représente la première récolte, la fatigue du Dieu.

     

     

     

    Les quatre sabbats mineurs :

     

    Yule : On le fête le 21 décembre, lors du solstice d’hiver. Il symbolise la renaissance du soleil et marque la journée la plus courte et la nuit la plus longue de l’année. Il représente la naissance du Dieu.

     

    Ostara : On le fête le 21 mars, lors de l’équinoxe de printemps, où l’on célèbre le retour du printemps et le retour des dieux. C’est aussi la fête de la fertilité et des divinités.

     

    Litha : On le célèbre le 21 juin, lors du solstice d’été. Il marque la journée la plus longue de l’année où le soleil est au summum de son pouvoir. Elle symbolise la victoire de la lumière et est idéale, d’après la tradition, au ramassage d’herbes magiques, et à l’élaboration de sortilèges et potions. Il représente l’apogée des puissances divines.

     

    Mabon : On le fête le 21 septembre, lors de l’équinoxe de printemps. Elle marque la fin du cycle fécond de la nature pour l’année. Il représente la seconde récolte, la décision du sacrifice du dieu pour son fils.

     

    Bien-sûr ces significations peuvent varier selon les traditions de chacun.

     

     

     

    Les Esbats

     

    Janvier : lune du loup (ou lune froide). Harmonisation avec la lune. Rituels de chance et de prospérité, de protection.

     

    Février : lune de la tempête (ou lune de la mort). Rituels de protection ou pour se débarrasser des ce qui ne nous est plus utile.

     

    Mars : lune virginale (ou lune chaste). Rituels de fertilité, d’abondance, de croissance, de renouveau. Lune des mères.

     

    Avril : lune des semences (ou lune des vents). Rituels pour la croissance des récoltes, les voyages. Magie de la Terre.

     

    Mai : lune du lièvre (ou lune des fleurs). Rituels de purifications ou pour le foyer, la famille, la santé et l’amour.

     

    Juin : lune des amoureux. Rituels d’amour et de fertilité.

     

    Juillet : lune des près (ou lune de la chance) : Ramassage des herbes magiques, plantes et fleurs. Rituels de prospérité.

     

    Août : lune des herbes (ou lune rouge) : Rituels d’abondance. Récolte des herbes magiques.

     

    Septembre : lune des moissons (ou lune d’orge). Rituels de protection, de prospérité et d’abondance, pour le travail ou la santé.

     

    Octobre : lune de sang (ou lune du chasseur). Rituels de protection. Spiritualité.

     

    Novembre : lune de neige (ou lune des castors). Rituels dédiés aux ancêtres, disparus et aux animaux. Rituels pour renforcer les liens familiaux. Divination.

     

    Décembre : lune du chêne (ou lune des longues nuits). Introspection et méditation. Guérison.

     

    La lune bleue est la deuxième pleine lune ayant lieu dans le courant du même mois. Cela est rare, mais il arrive de voir deux pleines lunes au cours du même mois dans la mesure ou un cycle lunaire dure 29 jours et demi et que certains mois comportent 31 jours.

    1 commentaire
  •  

    Alphabet enochien : l'alphabet angélique

     
     
    L’alphabet Enochien , aussi connu sous le nom d’alphabet angélique, a été inventé par John Dee, astrologue royal du 16ième siècle. Il aurait été inspiré par les anges. De nos jours, on utilise cet alphabet dans la magie céleste, mais également dans le satanisme et autres domaines psychiques. 

    Cet alphabet ésotérique était utilisé notamment pour écrire la Kabbale afin d'en préserver le contenu vis-à-vis des non initiés. Il ne comporte pas de chiffres, et ce sont les lettres qui servent à les exprimer.

    La magie Enochienne serait le résultat des travaux menés au XVIème siècle, parle docteur John Dee et son assistant Edward Kelly.

    Cet alphabet possède de très fortes similitudes avec l’alphabet sumérien de l’époque du roi mésopotamien Hammourabi (1792-1750 av JC).

    Edward Kelley, lors de ses entretiens avec les entités énochiennes, voyait dans le cristal des lettres et des noms de pouvoir. De ces visions naquirent un alphabet et un langage que Dee considérait comme uniques dans l’histoire de l’homme. La grammaire de ce langage ainsi que la forme des lettres ressemblent à celles des langues anciennes du IIème millénaire avant notre ère. 





    votre commentaire
  •  

    The ban : L'alphabet secret des sorcières

     
     
    L'origine de l'alphabet The ban est inconnue et demeure encore aujourd’hui très mystérieux. La source de cet alphabet a été perdue après la chasse aux sorcières par l’inquisition, aux temps médiévaux. On sait juste que c’est l’alphabet le plus utilisé par les sorcières et les sorciers, afin de coder leurs écrits. 
    La forme des lettres est à l'origine de l'alphabet alchimique et semble avoir des influences grecques et latines. 
    Le The ban est également appelé "runes of Honorius" par son inventeur, Honorius de Thèbes.
    Le the ban s’écrit de gauche à droite en descendant sur la page. 

    L'alphabet Thebien ne contient que 23 lettres. Le U, le V et le W sont représentés par un seul symbole. Idem pour le I et le J. 
    On utilise cette écriture pour écrire des sorts, les grimoires secrets et autres inscriptions. 





    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique