• Le cyprès

    Le cyprès

     

    Grâce à sa longévité et à sa verdure qui persiste en hiver, c'est un arbre sacré chez de nombreux peuples où il est nommé arbre de vie. Chez les grecs et les romains, le cyprès est en rapport avec les divinités de l'enfer et il est l'arbre des régions souterraines. Lié au culte de Pluton, dieu des enfers, il orne les cimetières.
    Sur le pourtour méditerranéen, le symbolisme des conifères en fait un arbre funéraire. Leur feuillage persistant et leur résine incorruptible évoquent l'immortalité et la résurrection.
    Tchouang-tseu dit que les frimas de l'hiver ne font ressortir qu'avec plus d'éclat la force de résistance du cyprès, qu'ils n'arrivent pas à dépouiller de ses feuilles.
    Dans la Chine ancienne, consommer des graines de cyprès procurait la longévité. La résine du cyprès permettait de marcher sur l'eau si l'on s'en frottait les talons, elle rendait le corps léger.
    Origène fait du cyprès un symbole des vertus spirituelles car le cyprès est d'une très bonne odeur, celle de la sainteté.

    Ainsi, le cyprès du Cachemire, terme poétique récurrent de la littérature persane ressemble à son cousin le cyprès de la littérature chinoise, qui joue un rôle important dans les rituels religieux.
    Il est dit dans le Livre des Rois de Ferdowsi que Zarathoustra amena de la région du Cachemire un cyprès fabuleux, d’une taille impressionnante et provenant du paradis, et qu’il le déposa devant la porte du temple zoroastrien de "Barzin Mehr". Ces cyprès, les "thuyas", sont encore considérés comme des arbres à vœux, notamment dans l’ouest du pays, en particulier dans le Kurdistan.

    Les origines du cyprès sont aussi mystérieuses que le folklore qui l’entoure. On pense qu’il est originaire de l’ancienne Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate, région qui était aussi la terre natale des Etrusques. On pense que ce sont eux qui, à l’origine, ont apporté le cyprès en Toscane lorsqu’ils ont commencé à s’y installer. La longévité du cyprès, le fait qu’il reste toujours vert et sa senteur résineuse lui ont valu son caractère sacré. Les Etrusques plantaient cet arbre tout autour de leurs habitations, aussi près que possible car ils croyaient que son parfum frais purifiait l’air.

    Le cyprès est un des arbres d’Hadès, dieu de l’Autre Monde dans la mythologie grecque, et il est dit qu’il vivait près d’un grand cyprès. Les tribus païennes méditerranéennes sculptaient des idoles dans du bois de cyprès car il est remarquablement résistant (presque imputrescible). Les Phéniciens et les Crétois plantaient des cyprès près des tombes pour donner la vie éternelle. On le plante encore près des maisons pour apporter à leurs occupants des vies longues et une bonne santé. La symbolique du cyprès est donc, depuis longtemps, celle de la vie éternelle, à cause de son feuillage toujours vert, de son bois presque imputrescible et de son odeur d’encens. C’est la raison pour laquelle son bois est utilisé pour la fabrication des cercueils des dignitaires civils ou religieux. 

    En Magie : féminin, Saturne, eau
    Parties utilisées : feuilles, brindilles, fruits, écorce, bois, résine et huile essentielle.
    Le cyprès peut être utilisé comme ingrédient dans la magie saturnienne : croissance, questions légales, chance, prospérité, spiritualité. Il est utilisé en temps de crise, et plus spécialement à la mort d’un proche. Il soulage l’esprit, et allège la peine si on le porte sur soi lors des funérailles. Les rameaux de Cyprès sont utilisés dans les charmes de protection et de bénédiction. On peut aussi l’utiliser pour la guérison. Le Cyprès étant aussi un symbole d’éternité et d’immortalité, son bois a longtemps été porté pour prolonger la vie, pour faire des baguettes de guérison ou des baguettes d’invocation des dieux. Les racines et les cônes du Cyprès ont eux aussi des pouvoirs de guérison, tout comme le feuillage une fois séché et brûlé comme de l’encens. L’écorce de cyprès, séchée et réduite en poudre, fait également un encens de grande qualité. On peut ainsi consacrer ses outils rituels dans sa fumée.

    Le cyprès était déjà connu en Mésopotamie, en effet le cyprès avait des vertus médicinales par l'huile qui était extraite de sa noix, cette huile était très efficace pour soigner les affections dusystème nerveux. Les cyprès appartiennent aux paysage d'Italie depuis 
    l'Empire de Rome. C'est les légionnaires romains qui, rapportèrent des graines de cyprès à leur retour des campagnes d'Asie Mineure, des îles de Chypre, de Crète et de Rhodes. Ces graines de cyprès ont été semées tout au long de la célèbre voie Appienne, les jeunes cyprès y croissaient quand l'apôtre Pierre (Saint-Pierre), rencontra le Christ et lui demanda "Quo vadis, Domine" ? qui veut dire "Où vas-tu, Seigneur" ?. Des images de cet arbre qu'est le cyprès ont été retrouvées sur des fresques à Pompei. On retrouve aussi les cyprès dans le tableau "l'Annonciation", l'un des plus célèbres tableaux de Léonard de Vinci, qui est est exposé à la Galerie des Offices de Florence, sur cette peinture réalisée entre 1473 à 1475, on remarque un ange à genoux qui se trouve au premier plan d'un décor toscan, jardin et silhouette de cyprès en arrière plan. Les égyptiens utilisaient le cyprès pour le bois des sarcophages, ce bois est renommé pour être imputrescible (qui ne peut pas pourrir). 

    Quand on observe le cyprès, son feuillage toujours vert nous renseigne déjà sur la notion d’éternité, une vitalité mystérieuse et invisible qui perdure au fil des saisons. Son port est majestueux, il s’élance vers le ciel, très fier, très droit; cette verticalité nous invite à la méditation, à une communication possible avec un « ailleurs », une élévation spirituelle sans aucun doute. Raison majeure pour laquelle il a fait longtemps partie de rituels sacrés.Mais le Cyprès nous parle surtout d’immortalité et de renaissance; et si on le plante en grande quantité dans les cimetières, c’est bien pour donner la vie éternelle.

    Dans la mythologie grecque, on raconte qu’un demi-Dieu, Kyparissos (nom grec du Cyprès), avait par mégarde, tué un cerf, vénéré par les nymphes de la forêt. À la suite de l’accident, Kyparissos, détruit par le remords et le chagrin, devint inconsolable et demanda aux Dieux de le faire mourir. Ces derniers eurent pitié de lui et le transformèrent en arbre, afin qu’il continue à vivre très longtemps, sans culpabilité et dans la paix.

    On retrouve dans la mythologie beaucoup de végétaux anciennement dieux, demi-dieux ou simples mortels. Les histoires de Daphné (laurier), du berger Atis (pin) ou d’Aphrodite (la rose) et bien d’autres encore, semblent justifier cette vénération. Ainsi, le Cyprès va être le symbole de la transformation et de la résurrection, sur un plan psychologique autant que physique. On le retrouve dans d’autres textes helléniques avec les mystères de Déméter et Perséphone, les déesses chargées d’assurer la pérennité des âmes au-delà de la vie.Dans la pharmacopée chinoise, les graines du Cyprès sont consommées pour prolonger la vie.

    Portrait botanique
    Le Cupressus semper virens - qui signifie « Cyprès toujours vert » - a donné son nom à la famille des Cupressacées, caractéristiques du paysage méditerranéen, mais aussi répandue dans diverses régions, parfois fort éloignées de ses lieux d’origine: pays d’Orient, îles de la Mer Egée, Asie mineure, Inde du Nord, Afghanistan. C’est une espèce très ancienne (ère tertiaire – 5,3 millions d’années). On le trouve mentionné dans un texte assyrien vieux de 3500 ans. Il possède une longévité exceptionnelle et certains Cyprès contemporains ont été estimés âgés de 2 000 ans.

    Encore de nos jours, au Tibet, il fait partie de rituels sacrés de purification et de détoxication psychique.

    Dans l’Egypte ancienne, on fabriquait des sarcophages en bois de cyprès. Étroitement lié à la mort, il est vrai que cet arbre semble croître naturellement dans les cimetières, silhouette familière et rassurante, il est malheureusement resté attaché à un symbole de deuil.

    Chez les Perses, il était l'arbre primitif du paradis iranien, l'image même d'Ormuzd et à ce titre, était planté devant tous les temples et tous les palais, chez les Grecs plusieurs bois de cyprès avaient gardé un caractère sacré. Ces croyances ont beaucoup contribué à répandre cet arbre en France. En Provence où le cyprès fait partie du paysage, les propriétaires des mas plantaient deux cyprès à l'entrée de la propriété. Ces cyprès étaient destinés en plus de la marque d'entrée dans la propriété à devenir les futures poutres maîtresses du toit du mas quand viendrait le temps de refaire la toiture.

     

    « Prière à l’Archange Saint MichelFeng shui - Les cheminées »

  • Commentaires

    1
    Tristan2
    Samedi 23 Novembre 2013 à 20:41

    Bonsoir Aliénor,

    J'ai rêvé justement de cyprès il y a quelques jours et je me demandais ce que cela pouvait bien vouloir dire. A vrai dire, j'ai cru à un mauvais présage et en te lisant je me rends compte que c'est loin d'être le cas.

    Je ne vais pas raconter mon rêve ici se serait un peu long, mais si je tiens compte d'autres symboles qui l'entourent, je vois bien que mon appréhension de départ était injustifiée.

    Comme quoi tout a un sens, mais il est bon de ne pas rester sur des "mythes" et de découvrir le vrai sens des choses.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 23 Novembre 2013 à 21:12

    Bonsoir Tristan,

    C'est marrant, car c'est en rêvant souvent d'arbres il y a quelques années que je me suis penchée sur la symbolique des arbres. Et mon premier arbre dans un rêve a été le cyprès. Et comme toi j'ai été un peu dubitative quand aux rumeurs qui circulent sur cet arbre. Et c'est ce qui m'a poussée à faire de réelles recherches sur la signification des arbres et ce qu'ils peuvent représenter réellement.

    Ceci dit, je ne suis pas douée en interprétation de rêves, hélas, et c'est avec le recul en général que je comprends mieux leur signification. Sauf quand c'est vraiment flagrant.

    Mais oui, en effet, il vaut mieux approfondir les choses, plutôt que de rester sur des croyances qui ne sont pas toujours fondées.

    3
    oratoire
    Mardi 29 Juillet 2014 à 19:17
    En Provence on plante 3 cyprès à l'entrée de sa propriété pour indiquer la Trinité et donc son appartenance à la chrétienté et donc la bienvenue.un seul est planté près d'un oratoire pour le repérer de loin . l'oratoire se chargeant de la spiritualité.
    4
    Samedi 2 Août 2014 à 02:00

    Bonsoir Oratoire,

    J'apprécie ton commentaire très prometteur, mais j'apprécierai un peu de politesse et de courtoisie, comme par exemple "bonjour ou bonsoir"

    Merci toutefois pour cette info instructive, mais un peu simpliste.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :